Les Pmettes, sont mamans

vendredi 6 décembre 2013

petite virée aux urgences

C'est aujourd'hui le jour de retirer mes fils, enfin ils ne me gêneront plus, ne me gratterons plus. L'infirmière me téléphone ce matin a 10h pour me prévenir qu'elle arrivait dans quelques minutes. Sa fait tellement longtemps que je ne l'ai pas vu, que j'en ai des choses à lui raconter ... et oui des fois .... vivre la PMA permet de rencontrer des gens formidables, qui deviennent tes amis, en l'occurance, elle, mon infirmière a domicile, et la femme de mon médecin traitant, on reste dans la famille.
Je m'allonge sur le canapé, elle regarde mes points, et me dit qu'ils sont très serrés, et que je cicatrise très vite. elle a beaucoup de mal a les retirer, ils sont bien pris et bien serrés dans la peau, j'en ai des bouffées de chaleurs, je me sens mal, c'est pas le moment de tomber dans les pommes, on fait des petites pauses, mais impossible, les fils du nombrils ne veulent pas venir, et moi, je suis de plus en plus mal, à chaque fois que l'on me touche, je dois vraiment devenir une vieille chochotte ... Elle téléphone au urgences, pour leur demander, comment faire ... il me demande alors de me rendre là haut.
Je m'habille rapidos, chéri chauffe la voiture, et me conduit aux urgences, je suis prise de suite. je m'installe dans le box, et attend l'infirmière. Je lui explique que les fils sont à la limite de l'impossible retirable. Elle me désinfecte, tente d'attraper un fils, qu'elle n'arrive pas à coupe, tire un peu dessu, pour les décoller de ma cicatrice, ça ne va pas ... les bouffées de chaleurs reviennent, je vais leur faire un malaise, on aura juste gagner ça. J'essaye de me détendre un peu, et sur le ton de la plaisanterie, je leur dit de m'endormir, sa ira beaucoup mieux pour tout le monde. Prise au sérieux, elle va me chercher le remède miracle !! la potion magique.
Une grosse bouteille rempli de gaz, avec un masque, une seconde infirmière la suit. Le Masque est posé sur mon nez, une infirmière le tiens, pendant que l'autre tente d'attraper les fils, je me sens complètement partir, les paupières sont lourdes, 20 tonnes chacune minimum, je respire à fond, et serre la main de l’infirmière quand ça ne va pas, 1 fil et retirer, ouf ! encore 2 ! le second fils ne tarde plus à suivre. Je suis toujours là avec mon masque, la tête qui tourne, le cerveau, pesant 300kg et des étoiles partout ! c'était magnifique ! je bouge dans tous les sens, je me débats, retirer moi ça , je n'arrive plus, je vais mourir ... puis d'un coup, j'éclate de rire, en regardant une infirmière, tout me fesait rire, j’étais ivre de leur gaz, je riais aux éclats dans le box, pendant, que l’infirmière tenter d'attraper mon dernier fils, je suis bien consciente que ça ne l'a pas aider, mais impossible de m’arrêter, impossible de garder mon sérieux, les infirmiers qui passaient devant le box s’arrêter pour voir ce qui se passer, et moi je les regarder en me payant leur tête qui étaient toutes plus drôle les unes que les autres.
Je suis partie rejoindre chéri, et rien que de le voir assis, m'attendre dans la salle d'attente, ma fait éclater de rire... j'ai passer le trajet du retour, à rire pour un oui, et pour un non ... à la maison, c'était pareil ... j'étais dans mon monde ! a rire, en voyant la tête du chien me regarder, à rire, d'entendre mon chéri parler ... et j'ai ris comme ça pendant 1 bonne heure ....

2 commentaires:

  1. et ben sacrée virée aux urgences ! ! Tu t'en souviendras... moi j'ai eu ces effets là avec la progestérone au début de ma grossesse, je riais pour n'importe quoi... Courage et patience pour la suite maintenant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bon tu me dira, il vaux mieux rire que pleurer ! LOL ! au moins sa change un peu les idées ... mais quand tu te dit, qu'on es obliger de te shooter pour pouvoir retirer des fils ... sa crain !

      Supprimer